• Yardam

     

    Yardam est un roman pour adolescents (dès 15 ans) qui nous plonge dans une ville mise en quarantaine à cause de l'apparition soudaine d'un terrible virus.
    L'action se passe à Yardam, une ville imaginaire. Notre narrateur est un jeune homme porteur du virus. Cette étrange maladie permet à ses hôtes de "boire" les souvenirs des personnes qu'ils embrassent. Notre héros est donc une sorte de vampire de l'âme qui cherche par tous les moyens à guérir de son mal. Mais, le confinement de sa ville et l'arrivée soudaine de deux médecins vont bouleverser ses plans.


    Une lecture hypnotique, d'une actualité mordante... mais à ne pas mettre entre toutes les mains ! En effet, même si j'ai adoré cette lecture, je ne peux que vous inciter à faire attention si vous cherchez à l'offrir. En effet, le récit est très violent (viols, meurtres sordides entre autres petites réjouissances) et je pense qu'il saura mettre mal à l'aise plus d'un lecteur. Attention donc ! N'offrez pas ce roman aux plus jeunes et assurez-vous de bien connaître l'adolescent ou l'adulte à qui vous le conseillerez !

    En tout cas, si vous n'avez pas froid aux yeux, je vous incite fortement à découvrir Yardam, vous ne le regretterez pas ! Les personnages sont tous très bien construits et loin d'être des stéréotypes. Le scénario m'a surprise à de nombreuses pages et la fin est tout simplement digne d'un grand roman de Science-Fiction !

     

    Yardam
    Aurélie Wellenstein
    Scrineo
    20 euros
    9782367408637


    votre commentaire
  •  La tempête des échos

     

    Alerte ! On s'attaque à du lourd aujourd'hui !


    Le dernier volume de la série La Passe-miroir de Christelle Dabos était un des ouvrages à paraître en 2019 que j'attendais avec le plus d'impatience. J'avais adoré la lecture des deux premiers titres, le troisième m'avait beaucoup plu également. J'étais donc plus qu'heureuse lorsque le tome quatre se retrouva enfin entre mes mains. Pourtant, j'ai été extrêmement déçue. Pour expliquer ce phénomène, je dois entrer dans les détails de l'intrigue, ainsi si vous n'avez pas encore lu cet ouvrage, je vous conseille de vous procurer rapidement cette série pour vous faire votre avis avant de venir lire le mien. Alerte Spoiler ! Vous êtes prévenus, on peut donc entrer dans le vif du sujet.

    Ce dernier tome de la série La Passe-miroir n'est pas à la hauteur de ce que l'on pouvait attendre. En effet, contrairement aux premiers titres, ici les personnages secondaires n'ont aucune importance. C'était cette particularité qui me plaisait beaucoup dans les premiers volumes. Ophélie est certes l’héroïne du roman mais les complexités de l'univers dans lequel elle évolue et toute la mythologie qui se dégage de l'écriture laissaient la part belle à une myriade de personnages incroyables et inoubliables. Cet aspect se volatilise totalement dans ce final. On a parfois l'impression que l'auteure à oublié ces personnages pourtant si attachants... C'est vraiment dommage. De plus, j'ai eu parfois l'impression qu’Ophélie et Thorn avaient complètement changé de personnalité. Ils foncent tête baissée dans toutes les situations sans réfléchir, ne laissent aucune place à la réflexion et ont parfois des réactions idiotes. Enfin, le grand final que j'attendais avec impatience et que j'imaginais grandiose (à l'image des autres titres de la série) se révèle plat et oubliable. S'il y a bien une chose que je déteste dans les livres de ce genre, ce sont les fins ouvertes, qui apportent des réponses mais qui laissent planer le doute sur l'écriture d'une possible suite...

    De plus, j'ai trouvé que le style de l'auteure s'était étiolé dans ce roman. Oubliez les descriptions de lieux incroyables qui font rêver à des mondes fantastiques. Dites « bonjour » aux longs passages insipides et répétitifs qui ne veulent rien dire ! Sincèrement, il y a des paragraphes qui m'ont fait soupirer de par leur longueur et leur inutilité.

    Bref, c'était long, les différentes idées mises en place dans les précédents tomes sont abandonnées en cours de route. Cet aspect m'a fortement rappelé la dernière saison de Game of Thrones d'ailleurs, autant vous dire que je n'ai pas apprécié et je pèse mes mots !

    À vous de juger, mais si vous tentez de me faire changer d'avis, vous allez vous confronter à un mur, car il est évident qu'il y avait beaucoup de potentiel, mais le rendu final ne me semble pas assez travaillé et édité à la va-vite... C'est dommage...

     

     

    La Passe-miroir tome 4, La tempête des échos
    Christelle Dabos
    Gallimard jeunesse
    19.90 euros
    9782075093866


    votre commentaire
  •  

     

    Marie Desplechin est une excellente auteure de livres pour enfants. Elle écrit essentiellement des romans pour les plus jeunes comme Verte ou le Journal d'Aurore qui sont de très bons ouvrages. Cette fois, elle frappe un grand coup avec Ne change jamais, un petit manifeste écologiste à destination des plus jeunes (dès 9 ans). La mise en page du texte est plutôt originale car chaque chapitre commence par une petite histoire. Une enfant nous parle de son quotidien, par exemple elle ne comprend pas pourquoi sa tante insiste pour lui acheter de nouveaux vêtements aussi souvent. Après tout, elle a suffisamment de pantalons comme cela, ce n'est pas la peine de gâcher ! Après cette petite expérience personnelle, l'auteure explique en quelques lignes en quoi certains comportements menacent l'environnement, à grand renfort de chiffres et d'études scientifiques. Puis, elle fait un zoom sur une personnalité ou une association ayant changé le monde grâce à des innovations par son action pour la planète. Enfin, Marie Desplechin termine son laïus par une petite phrase positive et optimiste sur l'avenir de l'Humanité et de la planète.

    La construction est donc très intéressante, car elle permet de parler de nombreux aspects de l'écologie aux enfants et de leur prouver que leur action et leur motivation sont très importantes pour changer le monde, mais pour cela il ne faut pas perdre son âme d'enfant et continuer à se poser des questions !

    Un manifeste à mettre entre toutes les mains !

     

     

    Ne change jamais
    Marie Desplechin
    École des loisirs
    12 euros
    9782211304627


    votre commentaire
  •             Les gardiens des cités perdues Les gardiens des cités perdues Les gardiens des cités perdues
     

    Laissez moi vous présenter la série qui cartonne auprès des jeunes : Gardiens des cités perdues. Je ne peux que comprendre l'engouement des enfants pour cette formidable série littéraire qui n'a rien à envier à Harry Potter ! A ce jour, il existe huit volumes, je n'en ai lu que quatre mais je ne compte pas m'arrêter car ces romans sont très addictifs. Ils peuvent être lus dès onze ans, par les bons comme les moins bons lecteurs.

                Les gardiens des cités perdues Les gardiens des cités perdues Les gardiens des cités perdues

     


    Le personnage principal s'appelle Sophie, elle a douze ans et depuis ses cinq ans elle peut lire dans l'esprit des gens. La jeune fille n'est donc pas réellement étonnée lorsqu'un garçon l'entraine dans un monde parallèle, l'univers des Elfes. Car Sophie n'est pas humaine, elle est née Elfe mais fut placée à la naissance dans le monde des Humains. Pourtant, son adaptation chez ses congénères se révèle difficile. En effet, la puissance de son pouvoir effraye les autres habitants de son nouveau foyer et un mal inconnu et sombre guette la jeune Elfe en devenir. 

                                    Les gardiens des cités perdues  Les gardiens des cités perdues


    Si vous avez besoin d'une idée de cadeau, ou d'un livre qui permette à un enfant d'apprécier la lecture, ne cherchez plus et foncez en librairie pour vous fournir l'ensemble de cette formidable série !

    Les gardiens des cités perdues
    Shannon Messenger
    Pocket Jeunesse
    7.90 euros
    9782266270663


    1 commentaire
  • Ceux qui ne peuvent pas mourir

     

    À la fin du XIXe siècle, dans un coin reculé de la Bretagne, nous suivons Gabriel Voltz qui n'a rien d'un homme ordinaire. Il a plus d'un siècle, est immortel et traque sans relâche les vampires, goules et autres créatures maléfiques. Accompagné de la jeune Rose, notre héros mène l'enquête dans un petit village de Bretagne où le secret est de mise.
    Très rythmé, bien ficelé et prenant, ce roman met en scène le Sherlock Holmes du fantastique. L'ambiance est sombre et mystérieuse. Les personnages sont attachants. La relation entre Voltz et Rose m'a fait penser à celle qui unit Geralt de Riv et Ciri dans Le Sorceleur. Les amateurs de romans de fantaisie, d'aventure et d'enquêtes policières tomberont à coup sûr sous le charme de ce roman. Vivement la suite !
    Dès 12 ans

     

    Ceux qui ne peuvent pas mourir
    Karine Martins
    Gallimard Jeunesse
    17 euros
    9782075124133


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique