•  L'intimité

     

    J'aime beaucoup les romans d'Alice Ferney. J'avais adoré Les autres notamment, une histoire de famille originale et à la construction originale. Alors, lorsque j'ai vu que sortait L'intimité, un ouvrage retraçant le parcours d'un homme ayant perdu sa femme et se prenant d'amitié pour sa voisine, j'étais impatiente de découvrir ce que j'imaginais être une pépite de cette rentrée littéraire. L'histoire partait plutôt bien. Une libraire féministe, un père qui se retrouve seul après que sa femme soit morte en couches, une belle histoire en perspective ! Voilà une quatrième de couverture qui nous vend du rêve et nous laisse imaginer un bon roman sur la maternité et la paternité... Il n'en est rien !

    Nous sommes face à un ramassis de clichés et à un livre que je trouve très choquant.
    En effet, l'auteure traite de sujets complexes comme la GPA et les personnes asexuées. Or, dès que ces sujets arrivent sur le tapis, les personnages deviennent totalement hors de contrôle.
    La libraire féministe est un très bon exemple pour illustrer mon propos. Lorsque son voisin et ami lui annonce qu'il n'a pas de rapport sexuel avec sa nouvelle épouse car celle-ci est asexuelle, elle lui propose tout naturellement de "la forcer un peu"... Bravo ! Bel exemple de culture du viol !! Ce qui est choquant, c'est que ces propos ne correspondent pas du tout au personnage. Une féministe ne dirait jamais cela ! C'est donc directement un problème de caractérisation du personnage. Le mari quant à lui est le dernier des machistes et des idiots. Sa nouvelle femme l'avait prévenu avant le mariage qu'elle ne voulait pas pratiquer le coït, il n'était donc pas obligé de l'épouser...

    Mais bref, tout cela pour dire que j'ai détesté ce roman. On va dire que c'est une erreur de parcours de la part de l'auteure.
    En tout cas, passez votre chemin...

     

    L'intimité
    Alice Ferney
    Actes Sud
    22 euros
    9782330139308


    votre commentaire
  • Suzanne

     

     Suzanne est plus qu'un roman puisqu'il s'agit de la retranscription de la vie d'une femme née après la Première Guerre mondiale. Le récit est double. La plupart des chapitres racontent la vie palpitante de Suzanne, de sa naissance à son entrée dans un EHPAD. C'est cette partie du roman qui est la plus intéressante, car on découvre la grande Histoire à travers une histoire personnelle et intime qui ne nous laisse pas indifférents. L'écriture est toujours au plus près des personnages, qui sont très touchants et l'on a parfois l'impression de faire partie de la famille. Le reste du roman s'attarde sur le quotidien très déplaisant de Suzanne, devenue une femme âgée, qui est donc coincée dans un EHPAD. L'indifférence, parfois la maltraitance, du personnel soignant, le manque de contact avec l'extérieur, la peur de vieillir mais heureusement aussi les petites marques d'attention ou encore la joie simple d'un sourire voilà à quoi la vie de Suzanne est réduite. Les chapitres sont mélangés et cela permet encore mieux de se rendre compte du choc de Suzanne après son arrivée dans cette maison de retraite pour le moins horrible.
    J'ai adoré ce roman, que je vous conseille ! Vous ne le regretterez pas, c'est une lecture très plaisante et une magnifique tranche de vie, parfois terrible, qui vous attend.

    Suzanne
    Frédéric Pommier
    Editions des Equateurs
    19 euros
    9782849905708


    votre commentaire
  • C'est pour ton bien

    L'héroïne de ce roman se fait battre par son mari. Le couple, marié depuis deux ans, s’apprête à accueillir un enfant. La future mère de famille décide de s'enfuir pour éviter de mourir sous les coups de son époux. Mais, elle disparait sans laisser de trace...
    Je suis persuadée qu'il ne faut pas se fier à la couverture d'un livre pour juger son contenu. Mais, cette fois-ci, la laideur extrême de cet ouvrage est assez éloquente ! Car malheureusement, même si le thème est très intéressant pendant la moitié du livre, la seconde partie m'a complètement perdue. En effet, l'histoire personnelle de Camille, la femme se faisant battre par son mari, est plutôt bien amenée. L'auteur ne porte aucun jugement envers les femmes qui se retrouvent dans cette situation, il leur laisse même pleinement la parole au début car tout est décrit par Camille. Le souci arrive plus tard, lorsque la jeune femme enceinte disparait et que l'on se retrouve dans la tête de son salopard de mari. Celui-ci cherche à la retrouver et tente de se faire passer pour le gentil de l'histoire, ce qui est normal puisque nous sommes dans la tête d'un fou furieux. Le problème réside dans la conclusion de l'ouvrage. En effet, à partir du moment où Camille disparait, le roman change de registre et devient un polar mal ficelé, plutôt ennuyeux et surtout extrêmement prévisible ! J'ai vu venir la chute au moins trente pages avant le dénouement final, c'est quand même dommage... Le plus énervant dans tout cela, c'est que le problème du mari qui bat sa femme se résout en quelques lignes, lorsque Camille nous apprend qu'elle a quitté son mari, qui semble l'avoir laissée faire sans faire d'histoires... Ce qui est très étonnant puisque cela change totalement la psychologie du personnage.
    Je vous invite donc à ne surtout pas lire ce livre, vous perdrez du temps et c'est dommage vous avez mieux à faire. Par exemple, lire de bons livres comme Les Chroniques d'Alvin.

     

    C'est pour ton bien
    Patrick Delperdange
    Les Arènes
    16 euros
    9791037500601


    votre commentaire
  •                        Les chroniques d'Alvin  Les chroniques d'Alvin

     

    Cette lecture est particulière. En effet, c'est grâce à deux amis que j'ai découvert ce chef-d’œuvre de la littérature de Fantasy. Nous avions décidé de commencer la lecture commune d'un ouvrage par mois et c'est avec Alvin que nous avons commencé cette nouvelle expérience. J'en fus extrêmement ravie ! Car ce roman est magnifique. Tout y est : un petit garçon au destin incroyable, de la magie, des problèmes de société, de religion et un méchant inquiétant qui menace dans l'ombre.
    Alvin est donc le septième fils d'un septième fils, à ce titre, un chemin semé d’embûches l'attend. Car le jeune garçon a un pouvoir : il est capable de « réparer » les choses, qu'elles soient animées ou non. Or, cet atout représente une menace pour le défaiseur, un être charismatique et terrifiant qui a juré de se débarrasser d'Alvin par tous les moyens. Fort heureusement, l'enfant peut compter sur sa famille et ses amis pour rester en vie et apprendre à maîtriser sa magie en attendant d'être assez fort pour se mesurer à son ennemi...
    Ce qui est formidable avec ce roman, c'est l'évolution du récit. Le premier volume est riche en rebondissements, il met parfaitement en place le décor, les personnages et nous donne une très bonne idée de ce que l'auteur veut nous raconter. Mais dès que l'on se plonge dans le tome 2, on comprend qu'il s'agit d'une des séries de Fantasy les plus abouties jamais écrites !

    Jetez vous donc sur cette pépite, vous ne serez pas déçus, de nombreuses heures de lecture vous attendent et vous serez toujours surpris par le récit.

     

    Les chroniques d'Alvin, tome 1, Le septième fils
    Orson Scott Card
    L'Atalante
    19.90 euros
    9791036000379


    1 commentaire
  •  Les petits pains de la pleine lune

    Je me suis lancée dans la lecture de ce petit roman sur le très bon conseil d'une amie en or. Je savais qu'il me plairait car cette amie a très bon goût en matière de littérature. Je n'ai pas été déçue du voyage ! Ce titre est un petit bijou à mettre entre toutes les mains.
    Le héros est un adolescent perdu dans une famille recomposée où le silence, la violence et le secret sont de mise. Après une altercation particulièrement difficile avec sa belle-mère, le jeune homme trouve refuge dans une pâtisserie de son quartier. Lui qui n'aime pas les sucreries se retrouve plongé dans les méandres des cuisines étonnantes de ce magasin hors du commun. En effet, le gérant de la pâtisserie est un magicien qui utilise la cuisine pour aider le commun des mortels.
    L'intérêt de ce court roman est double. Premièrement, il nous invite à un voyage fantastique et magique au pays des gâteaux enchantés. Surtout, il présente la société coréenne à travers la vie quotidienne et familiale dans ce qu'il peut y avoir de pire... Car ce roman n'est clairement pas pour les enfants ! Il avait été publié une première fois en collection jeunesse par les éditions Picquier, mais à la lecture on se rend très vite compte que cet ouvrage est à destination des adultes.
    Je ne peux que vous conseiller cette pépite où magie, émotion et pâtisseries se mêlent à merveille !


    Les petits pains de la pleine lune
    Gu Byeong-mo (traduit du coréen)
    Picquier
    8 euros
    9782809709629


    2 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique