•  

    Douglas déménage dans une minuscule ville de l'État de New York. Sa situation familiale est délicate, le père violent rend le quotidien insupportable et le frère aîné parti faire la guerre au Vietnam manque à toute la famille. Sur le plan scolaire ce n'est pas une réussite non plus, tant au niveau des notes que du comportement qui est d'ailleurs influencé négativement par le personnel éducatif. Mais heureusement tout n'est pas contre Doug. Car il y a toujours un endroit où l'on peut trouver la paix, même dans une toute petite ville : la bibliothèque. 
    Qui a dit que la littérature jeunesse n'était que pour les enfants ? Nous avons ici un exemple de grand roman qui aurait totalement sa place sur les tables de la rentrée littéraire. Tout est parfait, l'auteur n'abuse pas de formules compliquées pour décrire la situation de son personnage. Il ne pose pas toujours les mots sur ce qui arrive d'important dans le récit. Le récit sonne juste, il nous fait ressentir le désespoir du héros et on aimerait lui venir en aide. 
    Il manque presque quelques pages à ce chef d'œuvre, on ne le ferme qu'à regret...
     
    Jusqu'ici tout va bien
    Gary D. Schmidt
    École des Loisirs
    18 euros
    9782211217132

    votre commentaire
  •  Le Cercle

    Mae est engagée par Le Cercle, une entreprise qui contrôle la majeure partie du Web et engendre énormément de bénéfices. La jeune femme se retrouve catapultée dans un monde extraordinaire où tout est étudié pour que l'être humain atteigne la perfection. Son rôle dans cette gigantesque machine se révélera capital.
    Le Cercle est un roman, il s'agit donc d'une fiction. Pourtant, on ne peut s'empêcher d'éprouver un malaise à la lecture de ces pages surprenantes. On y reconnait sans difficulté le monde dans lequel nous vivons aujourd'hui. La grande entreprise suprématiste qu'est Le Cercle est étonnamment semblable à Google, notamment dans la première partie du livre et dans la description du campus. A travers l'embrigadement et le fanatisme d'un seul personnage nous sommes amenés à réfléchir sur le rôle de chaque individu dans la société, en particulier sur la question des réseaux sociaux et du partage sur internet. La personne face au groupe, la politique, toutes nos activités personnelles et professionnelles, tout cela est mis à mal par l'utilisation abusive des moyens numériques modernes. On peut donc dire que Le Cercle de Dave Eggers se place comme un digne héritier de l'oeuvre de Georges Orwell. Il ne reste plus qu'à espérer que les idées qu'il partage dans son roman d’anticipation ne se réalisent pas.

    Le Cercle
    Dave Eggers
    Gallimard, collection "Folio"
    8,20 euros
    9782072733437


    votre commentaire
  •  

    La littérature de science-fiction est vaste et propose un panel foisonnant d'ouvrages. Parmi les plus grands classiques de ce genre, Blade Runner est immanquablement le titre de Philip K. Dick à ne pas rater.
    Dans un futur plus ou moins proche, la Terre est devenue irrespirable. Les animaux sont presque tous éteints, ainsi la possession d'un animal est devenue d'une importance cruciale pour les humains restés sur l'ancienne planète bleue. C'est dans ce paysage en décomposition que Rick
    Deckard mène sa vie de Blade Runner, un policier spécialisé dans la traque et la destruction des Androïdes. Cet agent n'a qu'un seul but, pouvoir s'offrir enfin un véritable animal, autre chose en tout cas que son mouton artificiel. Il comprend donc que la chance est avec lui le jour où six Nexus-6, des Androïdes de dernière génération, se cachent dans sa ville. Commence alors une course poursuite endiablée qui mènera notre policier dans des méandres obscurs.
    Ce formidable roman traite de tellement de sujets qu'il est impossible de les résumer tous. Pour rendre un hommage suffisant à ce grand texte il faut simplement dire qu'il parle de l'Humanité avec une minutie et un œil extrêmement intelligent. À travers le roman, Philip K. Dick traite avant tout de philosophie et nous offre un ouvrage qui résonne encore aujourd'hui par son authenticité et sa vérité.

     

    Blade Runner
    Philip K. Dick (traduit de l'anglais, USA)
    J'ai Lu
    6 euros
    9782290094495

     


    1 commentaire
  •  

    Suisen

    Tout semble aller dans le meilleur des mondes pour Gorô. Ce père de famille respecté est à la tête d'une très grande entreprise d'export d'alcools. Les relations avec ses clients sont au beau fixe, sa femme ne lui fait pas d'histoires, ses enfants suivent de bonnes études et ses nombreuses maîtresses lui apportent beaucoup de satisfaction. Mais, alors, que se passe-t-il depuis quelques jours ? L'ordre naturel des choses semble bouleversé. En quelques heures, la vie bien ordonnée de Gorô semble partir à vau-l'eau. Est-ce le soudain rappel d'une aventure amoureuse enfouie loin dans son passé qui fait basculer le quotidien de cet homme vers un terrible enfer ?
    Au premier abord, le personnage principal de ce roman est totalement antipathique. Méchant, sexiste, raciste et imbu de sa propre personne, il a tout de l'antihéros. On peut même dire qu'il est un vrai goujat. Pourtant, lorsque l'on rentre plus en avant dans la lecture, on découvre un être complexe et très intéressant. Comme toujours avec Aki Shimazaki, on est émerveillé par la subtilité simple et percutante du texte. En quelques pages seulement, elle nous dresse le portrait d'un homme torturé. Bien sûr, à travers lui, c'est aussi le Japon que l'auteur tente de nous dépeindre. Tradition et modernité n'ont jamais été autant en confrontation que dans ce volume. Sublime roman sur l'importance du passé, la place omniprésente de la psychologie dans nos vies et l'impuissance de l'être face à la volonté des autres, Suisen est un petit bijou. On en redemande !

     

    Suisen
    Aki Shimazaki
    Actes Sud
    15 euros
    9782330072124


    votre commentaire
  •  Le grand jeu

    Écrire, c'est bien. Bien écrire, c'est mieux ! Paru à la rentrée littéraire 2016, le nouveau roman de Céline Minard nous prouve, une fois de plus, qu'il vaut mieux se taire lorsque l'on n'a rien à dire. Pourtant, cela partait plutôt bien. Au premier abord, l'histoire semble engageante. Notre narratrice nous raconte son quotidien en pleine montagne. Elle est seule, elle a aménagé une cabane et vit du jardinage et de belles balades dans la nature. L'idée était donc bonne, on pouvait s'attendre à un beau roman contemplatif sur la force et la beauté du grand air. C'est raté. Nous avons une nouvelle fois droit à un ramassis de stupidités. L'auteur s'y croit tellement qu'on pourrait presque la voir baver d'autosatisfaction à chaque page. Elle semble même parfois nous prendre un peu pour des idiots. En effet, par exemple lorsqu'elle nous parle de la hauteur à laquelle se situe la cabane de la narratrice, elle se sent obligée d'indiquer ce nombre en chiffres après l'avoir noté en lettres. Donc, pour Céline Minard, le lecteur n'est pas allé au delà du CP et est certainement un illettré. 
    Pitié, arrêtez d'écrire des navets pareils. Nos yeux vous remercieront.

    Le grand jeu
    Céline Minard
    Rivages
    18 euros
    9782743637507


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique